Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Craies grasses

  • L'œuvre de la semaine (147) : la Corse en noir et blanc

    Yves Juhel 270-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 270. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    En 1996, Yves Juhel a beaucoup dessiné les paysages corses, et notamment ces châtaigneraies entourant le village familial de Moïta, où il aimait se ressourcer. Quelques-uns de ces dessins au fusain ont déjà été présentés ici, référencés sous les numéros 266, 668 ou 84. Il y a aussi le N° 271, qui fait partie d'une petite série de dessins numérotés par Yves Juhel, au dos, de 1 à 5, et portant mention du nom de l'artiste, de son adresse et de son numéro de téléphone. 

    Si le N° 271 (n°5 de la série) est précis sur sa date de réalisation (3 avril 1996), les quatre autres ne portent que la mention de l'année. A l'image du dessin que nous présentons cette semaine (le n°1 de la série), au verso duquel est bien inscrit, en bas à droite, "Paysage corse". Yves Juhel a probablement dessiné ce paysage sur le motif, lors de l'un de ses nombreux séjours sur l'île. Pourtant, l'utilisation du fusain rend une ambiance plus automnale, voire hivernale, et fait peu penser à un début de printemps. Une sensation qui n'est pas atténuée par les quelques ajouts de craie blanche effectués par l'artiste, au premier plan notamment. 

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (137) : la femme totem

    Yves Juhel 265-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 265. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    L'état actuel de l'inventaire des œuvres d'Yves Juhel fait apparaître quatorze réalisations datées d'avril 1996. Il s'agit exclusivement de dessins au fusain. Un d'entre eux représente un paysage corse (N° 271), une douzaine des études de visage (à l'image du N° 224), et deux autres des études de femmes, en pied, droites, telles des totems. A noter que quelques autres dessins au fusain, dont une femme totem, semblent avoir été réalisés durant la même période, mais ne sont ni datés, ni signés.

    Celle-ci a été dessinée sur papier (64x45) au fusain, avec quelques traits de craie blanche, le 10 avril 1996. Cette femme est nue, et semble porter un fardeau (Un pot en terre ? Un sac ?) sur la tête. Cette étude n'a donné lieu, par la suite, à aucune œuvre aboutie. Du moins aucune qui, à notre connaissance, n'ait été conservée par l'artiste.

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (114) : la douleur ou la mort

    Yves Juhel 285-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 285. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Yves Juhel n'est pas entré en peinture pour le beau, pour le joyeux, pour l'élévation... Il y est entré par une voie sombre. Et les plus anciennes œuvres qu'il a laissées ne sont guère faciles d'accès. Des personnages dans la misère, dans la souffrance, voire même morts...

    Ce dessin au fusain, à la sanguine et à la craie grasse est un de ceux qui marquent cette période. Difficile de dire s'il représente un cadavre ou un homme à l'agonie. La tête à la renverse, les côtes saillantes, les yeux inexpressifs, le teint blafard accentué par les nuances sanguines... Le personnage n'est assurément pas au mieux... Il fait écho à d'autres œuvres présentées ici, inventoriés sous le N° 463 et le N° 338

     

    yves juhel, peintre, peinture, art, l'œuvre de la semaine, sanguine, fusain, craie blanche, craie grasse, papier, 1990, misère, personnagesN° 463

    yves juhel,peintre,peinture,art,l'œuvre de la semaine,sanguine,fusain,craie blanche,craie grasse,papier,1990,misère,personnagesN° 338

     

    Ces deux tableaux ont été peints en 1990, comme tous ceux de cette série. De même, l'artiste a laissé quelques fusains et sanguines, réalisés cette même année. Mais s'il fait incontestablement partie de cette même série, le dessin présenté ici, de même que trois autres qui ont été conservés, est daté de 1991 et marque la fin de cette thématique. Peut-être parce qu'Yves Juhel ne les considérait pas comme de simples travaux préparatoires débouchant sur des tableaux plus aboutis, mais comme des œuvres à part entière. Ou peut-être aussi parce que les huiles qui auraient pu en naître n'ont jamais vu le jour.

    O. D. 

  • L'œuvre de la semaine (92)

    Yves Juhel 624-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 624. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    La seule journée du 14 août 2001, Yves Juhel a peint huit œuvres, sur papier, au format Raisin (65,5x50). C'est du moins le nombre de productions que nous avons inventoriées jusqu'à présent... Au total, huit animaux, dont un tigre, et pas moins de sept singes. Sur l'ensemble de sa carrière, Yves a sans doute consacré une seule journée à peindre des primates (Exception faite du grand chimpanzé peint à l'huile sur toile, inventorié sous le N° 319, réalisé les 10, 11 et 12 août de cette même année, soit quelques jours plus tôt). Mais quelle journée...

    De cette série, nous avons déjà vu les œuvres N° 385 et 553. Voici un autre exemplaire. Ce mandrill à la gueule particulièrement reconnaissable a été réalisé à la gouache, mêlée à diverses techniques (craie grasse, fusain, encre...). Comme pour les autres, signature et date figurent au recto. 

    O. D. 

  • L'œuvre de la semaine (59)

    Yves Juhel 213-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 213. Photo : O. D.

     

    Dans les nombreux cartons à dessin qu'il a laissés, Yves Juhel montre la grande variété de ses réalisations, tout au long de sa trop courte carrière. Dans l'un d'eux dorment quatre dessins d'une même série. Des "Totems", comme il a baptisé trois d'entre eux, réalisés sur papier (65x50) au fusain, à la sanguine, à la craie grasse, voire à l'encre.

    Ce totem est le seul à ne pas porter de nom, même s'il appartient incontestablement à la même famille. Les trois autres portent même chacun un numéro de série (13, 15 et 25), ce qui laisse entendre que cette famille fut, à l'origine, sans doute bien plus vaste que ce qu'il en reste. Les autres ont-ils été détruits par l'artiste ?

    Tous ces totems ont été dessinés entre fin octobre et début novembre 1993. Celui-ci, signé, est daté du 13 novembre de cette même année.

    O. D.