Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

huile

  • Série : des arbres et des fenêtres (1996-1997)

    yves juhel, art, peintre, peinture, rétrospective, huile, toile, arbre

    N° d'inv. 161. 1996

     

    Entre fin 1996 et début 1997, Yves Juhel a réalisé une petite série mêlant immeubles et fenêtres, arbres et feuillages, quadrillages et formes géométriques. Hormis la première toile, présentée ci-dessus, et ne représentant qu'un "bureau" (tel que nommé par l'artiste), toutes celles qui suivent ont été peintes en grand format. "Les bureaux", "La forêt", "Le cerisier", "L'arbre bien taillé"... Tels sont les titres de ces œuvres. Pour en savoir plus sur chacune, il suffit de cliquer sur l'image...

     

     

    yves juhel, art, peintre, peinture, rétrospective, huile, toile, arbre

    N° d'inv. 314. 2 septembre 1996

     

    yves juhel, art, peintre, peinture, rétrospective, huile, toile, arbre

    N° d'inv. 73. 12 septembre 1996

     

    yves juhel, art, peintre, peinture, rétrospective, huile, toile, arbre

    N° d'inv. 343. 31 octobre 1996

     

    yves juhel, art, peintre, peinture, rétrospective, huile, toile, arbre

    N° d'inv. 174. 25 janvier 1997

     

  • L'œuvre de la semaine (219) : au pied de la palissade

    yves juhel, art, peintre, peinture, l'œuvre de la semaine, huile, toile, 1990, personnage, misère

    N° d'inv. 843. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Un corps gisant, endormi, ivre, agonisant, ou peut-être mort, sur un trottoir, au pied d'une palissade... Avec cette œuvre, retour en 1990, année durant laquelle Yves Juhel a représenté de nombreuses scènes de rue, de violence, d'ivresse, de misère, voire de famine pour trois d'entre elles (voir les N° 464, 338 et 366)... Sont ainsi parvenus jusqu'à nous une douzaine d'huiles sur toile, mais aussi seize dessins essentiellement au fusain.

    Parmi les toiles, plusieurs sont la propriété de collectionneurs particuliers, mais pas toutes. A l'image de celle-ci, qui appartient à une sous-série plus proche de nous, scène d'un quotidien de misère dans le monde occidental (voir aussi les œuvres numérotées 362, 462 et 463). Les traits du personnages sont grossiers, comme modelés dans la terre. Le corps semble se mêler au bitume, comme s'il était resté trop longtemps couché là, au point d'être avalé par le trottoir. Elément essentiel, la palissade en bois occupe les deux tiers de la toile et lui apporte sa lumière.

    Yves Juhel peint ici en mouvement. Jamais son pinceau ne semble se poser, et il bâtit son œuvre sur les coulures, les taches, les imperfections  du geste fluide. Le tout sur un tableau de 96x130. Comme pour toutes les œuvres de cette série, elle est signée, au recto, "Y. Juhel", et datée de la seule année "90". 

    O. D.

     

  • Rétrospective : les bouquets en pot (1999)

    Vignette 302.jpg

    N° d'inv. 302
    1999

     

    En 1999, Yves Juhel a peint une première série de bouquets, représentés en pot ou en vase, toujours de formes géométriques. Des tableaux souvent de grand format (avec même une toile ronde, numérotée 322), natures mortes réalisées dans un style assez académique, mais où l'artiste se plait tantôt à jouer avec le flou et la transparence, faisant peser sur ces compositions une ambiance brumeuse, vaporeuse, et tantôt à imprimer une marque plus sombre, plus massive dans sa composition.

    Reste que la chronologie de cette série est incertaine, aux limites floues. La toile N° 322 porte la mention de 1996 (pour le châssis de forme originale ?) mais a bien été achevée en mai 1999; la N° 3 porte la date du 11 juin 1997 (pour le fond ?) et a été terminée en avril 1999; quant à la N° 17, elle semble, par le style, faire partie de cette première série, mais par les dates (de juillet 2000 à août 2001) être rattachée à une seconde série, avec toutefois une date supposée d'achèvement bien trop tardive pour ne pas être mise en doute (une erreur de l'artiste ?). 

    En effet, cette série annonce celle, peinte entre 1999 et 2001, des "bouquets éclatés". Là, au début, les pots et vases seront encore présents avant de s'estomper, au fil des mois, et laisser place à une sorte de magma explosif.

    Pour rappel, il suffit de cliquer sur chaque image pour avoir accès à la fiche complète de l'œuvre.

     

    Vignette 187.jpg

    N° d'inv. 187
    1999

     

    yves juhel,art,peintre,peinture,rétrospective,huile,toile,bouquet,1999,2001

    N° d'inv. 5
    1999

     

    Vignette 3.jpg

    N° d'inv. 3
    Avril 1999

     

    Vignette 320.jpg

    N° d'inv. 320
    Avril 1999

     

    Vignette 322.jpg

    N° d'inv. 322
    Mai 1999

     

    Vignette 4.jpg

    N° d'inv. 4
    Août 1999

     

    Vignette 17.jpg

    N° d'inv. 17
    5 août 2001

     

    A noter qu'un autre tableau pourrait éventuellement figurer dans cette série, tout autant que dans celle des fruits. Chronologiquement et visuellement, il fait en effet le lien entre les deux : il a été achevé en décembre 1998, et semble couvert de fruits ronds tout en laissant apparaitre, très discrètement, un pot. 

    O. D.

     

    Yves Juhel 2-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 2
    Décembre 1998

     

     

  • L'œuvre de la semaine (218) : un bouquet dans la brume

    Vignette 5.jpg

    N° d'inv. 5. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Voici l'une des œuvres les plus imposantes peintes par Yves Juhel. Dans sa courte carrière en effet, la toile la plus volumineuse peinte par l'artiste reste Le Grand cerf (N° 179), en 200x200. Derrière, on compte huit tableaux au format 200x170, dont celui-ci. 

    Cette toile datée, au verso, de 1999, appartient à la première série des bouquets (voir la rétrospective ici). Une série dans laquelle les fleurs sont en pot, ou en vase, et le plus souvent voilées par une sorte de brume. Et c'est bien le cas, ici. Du sol (ou de la table), du vase et des fleurs, on ne distingue que les silhouettes d'un rose-violet, se découpant difficilement dans un brouillard jaunâtre. L'artiste joue ici avec les transparences, les flous et les dégradés, se plaisant à imposer une ambiance empreinte de mystère, d'étrangeté...

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (217) : paysage enneigé

    Vignette 93.jpg

    N° d'inv. 93. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Dès la fin des années 90, Yves Juhel a peint des paysages sur des toiles de petit format. On distingue ainsi, dans son œuvre, plusieurs séries. L'une d'entre elles est constituée d'une dizaine de tableaux de dimensions  diverses, réalisés entre les étés 2000 et 2001, avec plusieurs sous-périodes.

    Le tableau présenté cette semaine est à cheval sur deux de ces périodes. Trois dates sont en effet inscrites au verso, avec la signature de l'artiste : les 5 septembre et 9 novembre 2000 (comme ceux inventoriés sous les N° 96, 97, 145); puis le 23 mars 2001 (voir les tableaux numérotés 95, 88 et 44). Une amplitude assez longue (plus de six mois), donc, pour un tableau de dimensions modestes (35x27). 

    On retrouve ici le goût d'Yves Juhel pour les paysages torturés, les ciels tourmentés, les atmosphères contrastées. Tantôt il consacre l'essentiel de l'espace au ciel, tantôt au sol. Là, c'est la seconde option qu'il a choisie : une sorte de paysage enneigé, sous un ciel où se côtoient nuages d'un gris bleuté et percées ensoleillées. 

    O. D.