Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

1996

  • Les œuvres de la semaine (213) : un trio de lampadaires

                                                          Yves Juhel 834-Photo OD.JPG   Yves Juhel 832-Photo OD.JPG   Yves Juhel 833-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 834, 832 et 833. Prix : nous contacter. Photos : O. D.

     

    Un simple regard sur ces trois huiles sur toile d'Yves Juhel suffit à comprendre qu'il est impossible de les présenter séparément. Ces trois lampadaires sont assez uniques dans l'œuvre de l'artiste, si l'on excepte  la toile N° 90, peinte en 1997, et qui ressemble à un détail de la partie supérieure de ces éléments de mobilier urbain. Le sujet, très citadin,  peut toutefois apparenter cette série à celle mêlant bureaux et fenêtres, peinte exactement à la même époque.

    Toutes trois ont été peintes en septembre 1996 et présentent un profil original, les dimensions des toiles, en 180x30, jouant avec la hauteur des objets représentés. Si les fonds sont gris, tels un ciel d'hiver urbain, les lampadaires sont quant à eux d'un noir profond et brillant. Au sommet de chaque poteau, une coque noire accueille une ampoule blafarde, qui ressemble, dans les trois cas, à des quartiers de lune voilés.

    Au verso, plusieurs inscriptions ont été notées par l'artiste, en plus de la signature, du mois, et de l'année de leur création : la toile N° 834 porte ainsi le titre "Le lampadaire 1"; celle numérotée 832 est nommée "Le lampadaire 2"; et la dernière, la N° 833, est intitulée "Lampadaire et fil électrique".

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (181) : "Un bureau"

    Yves Juhel 161-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 161. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Un carré de 28,5x28,5, entouré d'un galon noir. Un quadrillage délimitant un "faux cadre" brun, à l'extérieur, et un autre carré, d'un noir profond et brillant, à l'intérieur. Tout, dans cette huile sur toile, semble faire penser à un jeu géométrique d'Yves Juhel. Et pourtant, cette petite œuvre ne saurait avoir de sens sans une autre, bien plus monumentale, que nous avons déjà présentée ici : la N° 314.

    yves juhel,art,peintre,peinture,l'œuvre de la semaine,huile,toile,1996

    Les deux toiles portent d'ailleurs un nom qui ne laissent aucune ambiguïté, ni quant au sujet, ni quant à leur lien : "Un bureau" pour le premier; et "Les bureaux" pour le second, qui mesure 192,5x168.  

    Nous sommes donc ici face à deux représentations d'une architecture telle qu'on la rencontre dans les grandes métropoles, empilage de bureaux dont l'artiste semble alors avoir une image particulièrement sombre. Le bureau, isolé, apparaît comme un détail de la toile de grand format, ou même d'un autre tableau, le N° 343, intitulé "Le cerisier", qui apporte quand à lui une touche plus naturelle, plus vivante, à ce paysage urbain à l'extrême.

    Ce petit tableau porte quelques mentions, au dos : "Yves Juhel, 1996, Un bureau". Sans doute date-t-il de septembre ou d'octobre, comme les autres toiles de la série. 

    Il a été exposé à la galerie Martine Moisan, à Paris, en juillet 2016.

    O. D.

     

     

  • L'œuvre de la semaine (160) : paysage corse

    Yves Juhel 670-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 670. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Pour l'année 1996, l'inventaire des œuvres d'Yves Juhel fait état, entre autres, d'une grosse dizaine de paysages corses dessinés au fusain sur papier. Six d'entre eux ne portent mention que de l'année (comme les N° 84, 266 et 270), un est daté du 1er avril (N° 271), et quatre d'août, à l'image du N° 668, et du dessin présenté cette semaine daté, au verso, du 12. Pour celui-ci, l'artiste a mêlé le fusain à la sanguine et à la craie blanche. 

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (147) : la Corse en noir et blanc

    Yves Juhel 270-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 270. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    En 1996, Yves Juhel a beaucoup dessiné les paysages corses, et notamment ces châtaigneraies entourant le village familial de Moïta, où il aimait se ressourcer. Quelques-uns de ces dessins au fusain ont déjà été présentés ici, référencés sous les numéros 266, 668 ou 84. Il y a aussi le N° 271, qui fait partie d'une petite série de dessins numérotés par Yves Juhel, au dos, de 1 à 5, et portant mention du nom de l'artiste, de son adresse et de son numéro de téléphone. 

    Si le N° 271 (n°5 de la série) est précis sur sa date de réalisation (3 avril 1996), les quatre autres ne portent que la mention de l'année. A l'image du dessin que nous présentons cette semaine (le n°1 de la série), au verso duquel est bien inscrit, en bas à droite, "Paysage corse". Yves Juhel a probablement dessiné ce paysage sur le motif, lors de l'un de ses nombreux séjours sur l'île. Pourtant, l'utilisation du fusain rend une ambiance plus automnale, voire hivernale, et fait peu penser à un début de printemps. Une sensation qui n'est pas atténuée par les quelques ajouts de craie blanche effectués par l'artiste, au premier plan notamment. 

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (137) : la femme totem

    Yves Juhel 265-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 265. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    L'état actuel de l'inventaire des œuvres d'Yves Juhel fait apparaître quatorze réalisations datées d'avril 1996. Il s'agit exclusivement de dessins au fusain. Un d'entre eux représente un paysage corse (N° 271), une douzaine des études de visage (à l'image du N° 224), et deux autres des études de femmes, en pied, droites, telles des totems. A noter que quelques autres dessins au fusain, dont une femme totem, semblent avoir été réalisés durant la même période, mais ne sont ni datés, ni signés.

    Celle-ci a été dessinée sur papier (64x45) au fusain, avec quelques traits de craie blanche, le 10 avril 1996. Cette femme est nue, et semble porter un fardeau (Un pot en terre ? Un sac ?) sur la tête. Cette étude n'a donné lieu, par la suite, à aucune œuvre aboutie. Du moins aucune qui, à notre connaissance, n'ait été conservée par l'artiste.

    O. D.