Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Yves Juhel (1969-2003), peintre

  • L'œuvre de la semaine (129) : l'œil sans fond du cyclope

    Yves Juhel 195-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 195. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Cette semaine, nous présentons un nouvel exemplaire de la série de "cyclopes" peints par Yves Juhel en janvier 2001, première grande galerie de personnages créée par l'artiste et composée d'une vingtaine de portraits. Cette œuvre mêlant gouache et fusain rejoint sur ce blog celles numérotées 191199, 202, et 210. Comme les autres, elle a été peinte sur papier, au format 65,5x50.

    Ici, l'artiste a utilisé le fusain pour les contours et certains organes, comme une oreille. Par vraiment de fond, mais une peinture brune très diluée, avant de passer à un visage où se mêle blanc, gris et noir. Particularité de cette gouache : son trou en son milieu. Volontaire ou pas, il figure parfaitement l'œil unique qui sert de fil conducteur à cette série. En bas à droite, Yves Juhel y a apposé sa signature et une date : janvier 2001.

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (128) : quelques fleurs en pluie

    Yves Juhel 69-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 69. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Les bouquets peints à l'huile par Yves Juhel se déclinent en trois séries, pour l'essentiel en grands formats. D'une part, en 1998-1999, des fleurs dans leur vase. D'autre part, en juillet et août 2000, des bouquets totalement éclatés, disséminés autour d'un cœur explosif. Et puis une série intermédiaire, à laquelle appartient le tableau que nous présentons aujourd'hui.

    Cette série n'est composée que de six tabeaux, peints entre les mois d'avril et de juin 2000. Le pot (ou le vase) y apparaît encore, bien qu'un  peu moins facile à distinguer que dans la première série. Mais les fleurs sont déjà dispersées, éclatées. Sur ces six toiles, quatre sont au format 180x180. Après les œuvres N° 64, 177 et 183, voici le dernier des tableaux de ces dimensions, dans cette série intermédiaire. Ici, le pot est posé en haut du tableau. Et contrairement aux autres, les fleurs n'explosent pas tout autour, mais semblent tomber en pluie, comme autant de pétales fanés et de tiges flétries.

    Outre sa signature, l'artiste a noté cinq dates au dos de la toile : les 21, 24 et 30 mai 2000, ainsi que les 6 et 7 juin.

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (127) : un dernier paysage

    art, peintre, peinture, yves juhel, l'œuvre de la semaine, 2001, huile, toile, paysage

    N° d'inv. 46. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    En septembre 2001, alors qu'il achève sa grande série d'huiles animalières, Yves Juhel peint ses deux derniers paysages sur toile, en petit format (22x16). Une thématique qu'il a abordée à différentes reprises, depuis 1996, mais dont, hélas, plus de la moitié des œuvres n'ont pas été datées par le peintre.

    Il n'en reste pas moins que ces deux petits tableaux de 2001 se distinguent de leurs prédécesseurs. Entre la terre brune et le ciel pâle, la rupture est nette, et elle s'embrase d'un coucher de soleil flamboyant et particulièrement torturé. Ici, l'artiste joue une nouvelle fois avec les volumes, utilisant notamment les cratères laissés par les bulles de peinture pour figurer l'embrasement central.

    Au verso, cette toile est signée, et datée ("Septembre 2001"). En son centre, verticalement, dans la partie inférieure, elle a hélas souffert d'une petite dégradation, peut-être due à un problème de stockage en phase de séchage.  

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (126) : un emplumé de 2002

    yves juhel, art, peintre, peinture, l'œuvre de la semaine, gouache, papier, 2002, personnages, plumes

    N° d'inv. 721. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    En août 2002, parallèlement à une série de têtes animalières, Yves Juhel se lance dans une nouvelle galerie de portraits. L'essentiel de cette série est toutefois datée de septembre. Elle se compose d'une trentaine d'œuvres peintes à la gouache (parfois avec quelques traits d'encre) sur papier au format Raisin (65x50).

    Nous avons déjà présenté deux gouaches de cette série, numérotées 692 et 694. Point commun entre toutes, ce petit plumet, que l'on verra réapparaître dans une autre galerie de portraits peinte en 2003. 

    Ici, le visage est rond, lisse, pâle, sans relief, sans yeux. A peine distingue-t-on une oreille qui se dessine. Un peu comme un mannequin servant de support à tout le reste. Et le reste, ici, c'est la coiffure sombre (à moins qu'il ne s'agisse d'un couvre-chef), rehaussée de son plumet délicat, et un col (de veste ?). Le tout sur un fond laissant une marge blanche en bas.

    Dans cette marge, l'artiste a laissé quelques inscriptions : deux séries de dates, montrant que l'œuvre a été peinte en deux temps. D'une part, en bas à droite, avec la signature, les 14, 15 et 16 août 2002; puis, en bas à gauche, les 4 et 5 septembre 2002. 

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (125) : un premier "visage apocalyptique"

    Yves Juhel 347-Photo PJ.JPG

    N° d'inv. 347. Prix : nous contacter. Photo : Pierre Juhel

     

    En 1994, après avoir peint quelques "personnages à grosse tête", à l'image de l'œuvre inventoriée N° 307, ou des formes beaucoup plus ravagées (N° 154, par exemple), Yves Juhel se lance, en mars, dans une série de neuf tableaux rebaptisés "visages apocalyptiques", dont voici un exemplaire. Neuf huiles sur toile de 55x46, toutes bâties sur le même modèle : un "visage" flottant au milieu d'une toile blanche, dans des teintes mêlant le bleu, le vert, le jaune et le blanc, où la matière s'exprime en trois dimensions. On y retrouve un Yves Juhel plein d'énergie, de spontanéité, intégrant pleinement à l'œuvre les éclaboussures et coulures.

    Ces neuf tableaux forment en fait une œuvre à part entière. En effet, au verso de chacun apparaît, outre la signature et la date de mars 1994, une indication précise indiquant dans quel ordre les disposer, du 1H (comme haut), au 3B (comme bas), en passant par le 2H, 3H, 1M (comme milieu), 2M, etc. Celui présenté ici est le premier de la série, le 1H, situé donc en haut à gauche.

    Hélas, cette série a quelque peu souffert avec le temps. La toile a jauni, et des traces d'humidité apparaissent en bas. Cette photo est antérieure à ces petites dégradations.

    O. D.