Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Yves Juhel (1969-2003), peintre

  • L'œuvre de la semaine (105)

    Yves Juhel 133-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 103. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Nous sommes là au cœur de la période prolifique d'Yves Juhel, en ce qui concerne son œuvre animalière. Pour le seul mois d'août 2001, l'artiste a laissé plus d'une soixantaine d'œuvres, essentiellement des huiles sur toile, de tous formats. 

    Ici, il s'agit de l'un des plus petits formats utilisés par l'artiste : 16x24. Des dimensions sur lesquelles il a très souvent peint. Pour des paysages, notamment, en 1997, puis en 2000, et pour des animaux, en 2001.

    Cette petite toile représentant un chat a été peinte le 18 août 2001, comme mentionné en bas à droite, sous la signature de l'artiste. Par les couleurs utilisées (mais pas par les dimensions), elle fait écho à une petite série peinte la veille, le 17 août (voir les œuvres numérotées 32, 39 et 144). Mais en ce 18 août, il laisse quatre tableau en 16x24 : ce chat, deux souris, et un nœud de serpents.

  • L'œuvre de la semaine (104)

    Yves Juhel 10-Photo PJ.JPG

    N° d'inv. 10. Prix : nous contacter. Photo : Pierre Juhel

     

    Retour au grand format, avec cette huile sur toile peinte par Yves Juhel en 1992. Une œuvre monumentale (190x170), correspondant à sa période "taches". Je me souviens en effet très bien qu'à cette époque, évoquant sa technique du moment, Yves disait partir de taches noires ou rouges jetées sur la toile, et d'où jaillissait l'inspiration.

    Cette huile fait partie d'une petite série (voir la N° 8), et peut être aussi rapprochée de L'oiseau à deux têtes (N° 173), peint à la même époque.

    Au dos du tableau, outre la signature de l'artiste figure un titre (mention assez rare...) : "Le nid rouge". Un nid vif et profond semblant émerger d'un feuillage légèrement vert, dans un univers où dominent de nombreuses nuances de gris.

    Autres inscriptions notées au verso, les dates : 17, 30 et 31 août 1992, puis 18 septembre, et enfin juste deux mois, novembre et décembre 1992. Il a donc fallu plusieurs mois à Yves Juhel pour mettre le point final à ce tableau, ce que confirme une autre inscription gravée dans la peinture, au recto : XII 92 (décembre 92...).

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (103)

    Yves Juhel 442-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 442. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    L'ultime série réalisée par Yves Juhel en 2003 est une galerie de portraits, peints à la gouache sur papier (65x50). Des portraits plus ou moins stylisés, qui ont pu prendre des formes différentes au fil des semaines et des mois (forme de 2; ou forme plus ronde avec un cou large, comme ici; présence ou non d'un œil unique...), et s'agrémenter d'accessoires divers et variés (plumes, perles...). Nous avons déjà présenté sur ce blog quelques-unes de ces dernières œuvres, comme le N° 407 (peint en mars 2003), le N° 190 (mars), le N° 393 (mars), le N° 411 (mars), le N° 399 (mars), le N° 402 (mai), le N° 373 (juin) et le N° 431 (juillet).

    Le portrait représenté ici date du 3 juillet 2003. Il présente une particularité, le distinguant du reste de la série : l'artiste l'a peint dans un cadre intérieur, réduisant les limites de la feuille de papier.

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (102)

    yves juhel, art, peintre, peinture, l'œuvre de la semaine, 2001, gouache, animaux

    N° d'inv. 634. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Encore un animal tiré du vaste bestiaire peint par Yves Juhel en 2001. Cette fois, il pourrait s'agir d'un mouflon (corse ?), ou plutôt d'une chèvre, à en juger par la taille et la forme des oreilles. 

    Cette œuvre sur papier (50x65,5) a été peinte à la gouache, très diluée, notamment pour les bruns clairs et les beiges. Une eau tellement présente que le papier a peluché en certains endroits.

    En bas a droite se trouvent la signature de l'artiste, ainsi que la date du 15 8 01.

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (101)

    Yves Juhel 338-Photo PJ.JPG

    N° d'inv. 338. Prix : nous contacter. Photo : Pierre Juhel

     

    Les plus anciennes œuvres d'Yves Juhel jusqu'ici répertoriées datent de l'année 1990. L'artiste a alors 21 ans, et entreprend une série ayant pour thèmes la misère, la déchéance, la maladie, la mort. Des œuvres particulièrement lugubres, qu'il a totalement assumées par la suite, puisque contrairement à certaines séries antérieures ou postérieures, il en a conservées plusieurs.

    Cette huile sur toile de 130x130 est particulièrement morbide. Un corps décharné, maigre à l'extrême, cadavérique, émerge d'un noyau de lumière transperçant une nuit profonde. A moins qu'il ne s'agisse de l'obscurité qui, peu à peu, envahit la lumière, jusqu'à l'anéantir et plonger ce corps dans un noir absolu. Où l'artiste est-il allé chercher cette scène ? Dans une des famines terribles qui ont touché l'Afrique dans les années 80 ? Elle est en tout cas à rapprocher de la toile inventoriée sous le N° 464 : corps allongé, mourant ou déjà mort; éclat lumineux autour du corps; puissance de l'obscurité... Et comme toutes les œuvres peintes cette année-là, elle ne porte qu'une seule mention, au recto, en bas à droite : Y. Juhel 90.

    O. D.

     

    yves juhel, art, peintre, peinture, l'œuvre de la semaine, huile, toile, 1990, personnage, misère

    N° d'inv. 464