Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sans date

  • L'œuvre de la semaine (257) : courbé au coin de la rue

    Vignette 282.jpg

    N° d'inv. 282. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Parmi les premières œuvres laissées par Yves Juhel, beaucoup de scènes de rue et de misère, peintes à l'huile sur toile. En 1990, l'artiste a également réalisé de nombreux dessins sur le même thème. Plusieurs ne sont ni datés, ni signés, à l'image de celui-ci, dessiné au fusain, à la sanguine, et à la craie blanche, sur une feuille au format 65x50.

    L'homme, au coin d'une rue, est courbé et semble faire un effort pour soulever ce qui ressemble à une poubelle, muscles saillants, bras disproportionnés, tête enfoncée dans les épaules. Murs hauts et sombres : le cadre est oppressant. On retrouve là des attitudes, une scène, une thématique déjà appréhendées dans les dessins numérotés 279 et 495, entre autres. 

    Ces dessins renvoient clairement à des toiles abouties, datant tous de cette année 1990 (voir, par exemple, les N° 462, 463 et 843), comme s'il s'agissait de travaux préparatoires.

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (252) : les arbres de glace

    Vignette 121.jpg

    N° d'inv. 121. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Ni date, ni signature, pour ce petit paysage (16x24). Mais aucun doute : cette huile sur toile a bien été peinte en 1997 par Yves Juhel. Pour s'en convaincre, il suffit de se pencher sur sa grande série des paysages de petit format, et notamment ceux inventoriés sous les numéros 111 et 118

    On y retrouve ces arbres, sur l'horizon. Tantôt en flammes, illuminés, en feuilles ou nus, ici, ils semblent de glace, couverts d'une gangue de givre, dans un paysage où ciel et terre se mêlent dans le même gris.

    Ce petit tableau a été encadré par l'artiste (19,5x27,5).

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (236) : le plus petit des bouquets

    Vignette 51.jpg

    N° d'inv. 51. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Cette toile d'Yves Juhel n'est ni datée, ni signée. Pourtant, nul doute qu'elle est bien de lui. Elle s'inscrit en effet pleinement dans la série des bouquets en pots, que l'on peut retrouver en cliquant ici

    On y retrouve tous les éléments qui composent cette série : le support de la table ou du sol, le vase, et ces fleurs émergeant à peine dans le flou. Pas de doute donc : même sans date, cette toile a été peinte, comme les autres, en 1999.

    Une particularité toutefois : sa taille, de 33x24. Alors que tous les autres tableaux de la série ont été peints en moyen, voire en grand format, celui-ci est le plus petit. Pourrait-il s'agir d'une étude qui aurait lancé la collection sur une plus vaste échelle ? D'un essai, qui pourrait expliquer l'absence de signature ? Impossible à dire...

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (232) : un papillon de l'été 2001

    Vignette 532.jpg

    N° d'inv. 532. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    L'œuvre d'Yves Juhel présentée cette semaine n'est ni datée, ni signée. Mais nul doute qu'elle a été peinte entre le 1er et le 13 juillet 2001, comme toute sa série de papillons, composée d'une vingtaine de gouaches et de dessins au fusain (voir la série en claquant ici). C'est d'ailleurs la seule, de toute cette série colorée, qui ne présente aucune inscription, bien qu'elle semble achevée.

    Ce papillon semble dans un premier temps avoir été dessiné, comme en témoignent les nombreux traits au fusain, avant que l'artiste ne passe à la gouache, tant pour les contours de l'animal que pour ses couleurs, entre violet pâle et bleu gris. Comme les autres, il a été réalisé sur papier, au format 64x50.

    O. D.

     

     

  • L'œuvre de la semaine (153) : sculpté sur la toile

    yves juhel, art, peintre, peinture, l'œuvre de la semaine, huile, toile, sans date, personnage

    N° d'inv. 153. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Une fois n'est pas coutume, nous présentons cette semaine une œuvre d'Yves Juhel qui n'est ni datée, ni signée. L'artiste en a ainsi laissé de très nombreuses, sur lesquelles il n'a pas apposé sa griffe, ni indiqué de date. Et si, pour la plupart, il s'agit de travaux préparatoires, d'œuvres inachevées, de fonds oubliés, certains tableaux finis sont aussi concernés. 

    Celui-ci fait partie d'une série de sept huiles sur toile de petites dimensions (24,5x16), ceintes d'un galon noir, et dont les autres œuvres indiquent qu'elle a été réalisée entre 1994 et 1996. Un éventail de dates étonnamment large d'ailleurs, pour une si petite série. C'est ainsi le cas de deux tableaux que nous avons déjà présentés sur ce blog, inventoriés sous le N°154 et le N°158.

    En ce milieu des années 90, Yves Juhel explore un étrange univers composé d'inquiétants personnages à grosse tête. Il développe le thème dans plusieurs séries. Celle-ci a la particularité de jouer avec la matière et les reliefs, dans une ambiance très sombre. Ainsi, dans ce tableau, le fond est d'un noir profond, et d'un corps brun et informe se détache cette tête disproportionnée, dont les traits sont moins peints que sculptés par les épaisses couches de matière. Les orbites, le nez et les pommettes se détachent assez nettement, lui donnant, mais en plus rond, un petit air de moaï de l'île de Pâques.

    O. D.