Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

l'œuvre de la semaine

  • L'œuvre de la semaine (267) : portrait blanc

    Vignette 401.jpg

    N° 401. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    En 2003, Yves Juhel peint une vaste série de personnages, à la gouache sur papier au format 65x50. Nous avons ainsi dénombré près de 70 œuvres rattachées à cette galerie, pouvant être regroupées en trois catégories : une peinte en mars, une autre entre mai et juin, et une troisième en juillet, avec à chaque fois quelques nuances les distinguant, mais aussi de nombreux points communs.

    La gouache présentée cette semaine appartient à la deuxième sous-série. Signée par l'artiste, elle est datée du 29 mai. On y retrouve les traits communs à toute cette galerie de portraits : le bouquet de plumes, qui se détache ici en rouge et vert, en haut à droite, et que l'on peut retrouver aussi en bas à droite; l'œil unique du sujet; et les contours de ce personnage peints dans le mouvement, en coups de pinceau souvent brefs, précis et efficaces.

    La particularité de ce portrait réside dans son caractère très schématique et dans les tons choisis. Le fond, laissant un cadre vierge autour du sujet, est très dilué, pâle, jouant avec des nuances pastel. Quant au personnage, il se détache à peine de ce fond, en gris ou en noir largement recouvert de blanc.

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (266) : la mort du tigre ?

    Vignette 40.jpg

    N° d'inv. 40. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Le grand bestiaire d'Yves Juhel rassemble une grande diversité d'animaux : sauvages ou domestiques; insectes, poissons, oiseaux, mammifères; familiers de nos latitudes ou évoluant sous d'autres cieux... Avec quelques belles séries, et des récurrences. 

    La période faste en la matière, c'est l'été 2001. Des dessins au fusain en juin, puis des gouaches, et de nombreuses huiles, dont certaines débutées dès 2000 mais que l'artiste va achever durant cet été sauvage. Dans ce foisonnement animalier, Yves Juhel peint, en août, une poignée de tigres. Une gouache d'abord, le 14. Puis quelques huiles. Celle-ci, non signée, date du 20, comme indiqué au verso de l'œuvre. Tout comme la N° 28, un tigre couché. Une autre (N° 37) est datée du lendemain, le 21 août 2001.

    Les formats sont réduits, souvent atypiques, comme cette toile en 27x46. Difficile d'interpréter ici l'attitude et la posture de l'animal, dont la partie antérieure s'estompe hors du cadre. Exprime-t-il un contentement ? Est-il endormi ? Est-il en souffrance ? Est-il mort, comme semblent le suggérer ces rayures qui paraissent suivre la ligne des côtes décharnées, soulignant le squelette du félin ? Pas de réponse, à ces questions...

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (265) : la plante bien taillée

    Vignette 337.jpg

    N° d'inv. 337. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Un pot, un feuillage, une plante bien taillée, mais pas de tiges, juste des feuilles semblant voler, unies les unes aux autres par un champ magnétique... Nous sommes ici au tournant des années 1998 et 1999, en hiver, comme indiqué au dos de cette toile, à côté de la signature de l'artiste. La période est faste, pour Yves Juhel. Il déploie alors une belle série monumentale, des bouquets et plantes bien rangés dans leurs vases et leurs pots. Le plus souvent dans de grands formats.

    Ici, la toile est haute de 195 cm et large de 130 cm. On y retrouve cette géométrie symétrique et rigoureuse qu'il développe dans toute la série, cette ambiance floue et vaporeuse qui enveloppe alors son œuvre, son sens du fond très travaillé, son jeu de la transparence et de la densité. Au recto, il apporte sa touche finale : "Yves Juhel 1999". En bas à droite, la toile, vraisemblablement victime d'un incident, à été recousue, verticalement, sans doute par le peintre lui-même.

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (264) : le poisson puce

    Vignette 534.jpg

    N° d'inv. 534. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Durant la première quinzaine de juillet 2001, Yves Juhel peint une vingtaine de papillons, sur papier. Une série légère et colorée. Et au milieu, ce drôle de poisson. Un mélange de gouache très diluée, de fusain et d'encre pour cet animal tout rond, qui semble sorti de l'imagination l'artiste. Ce "poisson puce", tel qu'il le nomme, a été peint sur papier au format 50x65 le 6 juillet 2001. Il est unique, n'appartient à aucune série, mais fait écho à un autre poisson dessiné la veille au fusain. 

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (263) : des arbres dans la brume

    yves juhel, art, peintre, peinture, l'œuvre de la semaine, huile,toile,paysage, 1997

    N° d'inv. 117. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Parmi les cinq séries de paysages en petit format peintes par Yves Juhel entre 1996 et 2001, la deuxième est constituée de tableaux horizontaux, en 16x24, représentant des alignements d'arbres sur la ligne d'horizon. Huit œuvres, datant de 1997 et 1998 peuvent être ainsi intégrées à cette belle série hypnotique, qui aura encore quelque écho dans certaines toiles de l'année 2000.

    La plupart des œuvres de cette sous-série ne sont ni datées, ni signées, à l'image de celle que nous présentons cette semaine. Mais nul doute qu'elles ont été peintes en même temps que les deux portant pour mention la seule année 1997. 

    Ici, le ciel moucheté de rouge s'estompe au contact de la terre, dans une forme de brume fantomatique. La rangée d'arbres, écrasée de brouillard, se noie dans ce flou, semblant flotter et perdre le contact avec une voie asphaltée, elle-même longée d'un champ vert foncé. Tantôt flamboyante, orageuse, nocturne, vespérale ou, comme ici, brumeuse, Yves mêle les ambiances au fil de cette série, tout en  conservant sa ligne directrice commune.

    O. D.