Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

1994

  • L'œuvre de la semaine (272) : une grosse tête et de grands yeux

    Vignette 164.jpg

    N° d'inv. 164. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Mais d'où viennent ces étranges personnages peints par Yves Juhel au milieu des années 1990 ? Où a-t-il été chercher ces êtres à grosse à tête à à grands yeux, aliens aux corps informes que l'artiste va décliner en gouaches, en dessins et en huiles, entre fin 1993 et 1995, voire 1996 ? Une trentaine d'œuvres, de factures assez différentes, nous sont ainsi parvenues. Parmi lesquelles sept huiles portant le millésime 1994, comme celle que nous présentons ici. Une année qui figure au recto, avec la signature de l'artiste, gravée dans la peinture, en haut à gauche, mais également inscrite au verso.

    Le personnages fait écho à d'autres toiles que nous avons déjà présentées ici, répertoriées sous les numéros 307 et 160. Il peut renvoyer aussi à une autre série peinte à la même époque, celle des arbres flamboyants, à la silhouette proche de ces êtres fantômatiques.

    Ici, les couches de peinture se superposent, donnant au tableau un volume important. La matière est gravée, maltraitée, scarifiée. L'artiste ne joue pas qu'avec la surface de la toile, en 42x30. Il peint en trois dimensions. 

    O. D.

     

  • L'œuvre de la semaine (244) : personnage torturé

    Vignette 160.jpg

    N° d'inv. 160. Prix : nous contacter. Photo :O. D.

     

    Deux gros yeux blanchâtres, un corps et deux bras, sur un fond oscillant entre nuit et flammes rouges. Le tout peint avec beaucoup de matière, du volume, du mouvement et de la spontanéité... Le tableau présenté cette semaine appartient à une série de personnages à grosse tête peints par Yves Juhel dans toutes les dimensions, entre fin 1993 et 1995.

    Il est signé et daté, au dos, de la seule année de 1994. Une série dans laquelle on retrouve plusieurs œuvres déjà décrites sur ce blog, à l'image de celles numérotées 154, 158307 ou 357. Il est de petite taille (22x16) et a été ceint d'un galon noir.

    O. D. 

  • L'œuvre de la semaine (209) : à l'abri sous l'arbre d'argent

    Yves Juhel 826-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 826. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    L'œuvre monumentale d'Yves Juhel compte huit tableaux peints entre 1992 et 1995, et composant une petite série d'arbres, dans toutes les dimensions : du petit format (avec ceux numérotés 151 et 162), du grand format (N° 74, 309 et 310), et deux toiles de dimensions intermédiaires, à l'image de celle que nous présentons cette semaine (116x89).

    Là, nous sommes face à deux arbres plantés dans une terre rouge sang, le plus petit, à l'abri du grand au feuillage d'argent, ayant presque figure humaine, avec ses yeux pâles et sa tête penchée. Il est vrai qu'à cette même période, Yves Juhel peint également d'étranges personnages à grosse tête, ressemblant fortement à cet arbre jaune (voir, par exemple, le N° 307).

    L'artiste prend son temps, pour peindre ces arbres. Ici, au verso, il dresse la liste des mois durant lesquels il s'est penché sur sa toile : mai 93, novembre 93, décembre 93, janvier 94, mai 94, juin 94... Soit plus d'un an pour y mettre un terme. Au recto, il a gravé son nom dans la peinture, y ajoutant une année : 94.

    A noter que la toile est entourée d'un galon noir, qui se décolle...

    O. D.

     

  • L'œuvre de la semaine (198) : l'arbre blanc aux fruits bleus

    Yves Juhel 74-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 74. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Des corps, des visages, des scènes de misère et de détresse, de drôles de tête, des mains, des bras, des pieds... Dans la première moitié des années 1990, l'essentiel de l'œuvre d'Yves Juhel tourne autour de l'humain. Avec quelques toutes petites parenthèses, à l'image d'une série d'arbres peinte au long cours, sur plusieurs mois, et dont il ne reste plus que quelques exemplaires (c'est en effet à cette époque que l'artiste a pris l'habitude de détruire ce qui ne lui plaisait pas ou plus...), dont les toiles inventoriées sous les numéros 309 et 310

    La première a été peinte entre 1993 et 1995; la seconde entre 1992 et 1994. Celle que nous présentons cette semaine a été réalisée sur une période un peu plus courte, entre septembre 1993 et juillet 1994. Elle n'en est pas moins riche. Déjà, Yves Juhel manifeste son sens du fond très élaboré, très travaillé. L'arbre unique y est moins vif et flamboyant que dans les autres tableaux de la série. Dans sa blancheur, il joue avec la transparence. Et à ses pieds, sur un sol rouge, gisent quatre fruits bleus, à moins qu'il ne s'agisse d'œufs ou de ballons.

    Les trois tableaux de cette série sont de grands formats, celui-ci mesurant 200x170. Plusieurs dates sont mentionnées sur l'œuvre : au recto, dans le coin inférieur gauche, l'année 1994, à côté de la signature de l'auteur; au verso, les mois de septembre et octobre 1993, puis de janvier 1994, la date du 9 février 1994, et enfin juin et juillet 1994. Autant de jalons indiquant les différentes interventions de l'artiste sur la toile. 

    O. D.

  • Les œuvres de la semaine (180) : les bras croisés

    yves juhel, art, peintre, peinture, l'œuvre de la semaine, encre, papier, 1994, études, anatomie            yves juhel, art, peintre, peinture, l'œuvre de la semaine, encre, papier, 1994, études, anatomie            yves juhel, art, peintre, peinture, l'œuvre de la semaine, encre, papier, 1994, études, anatomie

    N° d'inv. 244, 246 et 247. Prix : nous contacter. Photos : O. D.

     

    L'inventaire des œuvres d'Yves Juhel fait état de plusieurs études, à l'encre, au crayon ou au fusain, dessinées au début des années 1990. Et parmi ces études, on compte quelques séries anatomiques, dessins de mains, de pieds, de bras, de visages...

    Difficile de dissocier ces trois études, tant elles semblent sœurs. Ce triptyque de bras croisés a été dessiné à l'encre, sur papier (65x50) le 17 septembre 1994, comme l'artiste l'a indiqué au recto. Les traits sont grossiers, les doigts et les bras entremêlés, dans une même attitude, entre détermination et bravade.

    Au dos, l'artiste a apposé sa signature et son adresse, ajoutant des chiffres : "3" pour la 244, "4" pour la 246 et "5" pour la 247. Nous n'avons toutefois pas trouvé trace de dessins similaires portant les numéros 1 et 2.

    O. D.