Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paysage

  • L'œuvre de la semaine (294) : dans le reflet d'un plan d'eau ?

    Vignette 87.jpg

    N° d'inv. 87. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    L'inventaire des œuvres laissées par Yves Juhel dénombre treize tableaux peints entre l'automne 2000 et le printemps 2001, pouvant former une série. Des paysages, peints à l'huile, en petit et moyens format, et qui précèdent le vaste bestiaire de l'été 2001. La période est riche, voire un peu dispersée, pour l'artiste. Ces mêmes mois, on le voit aussi peindre des paysages en grand format, des bouquets éclatés, des cyclopes...

    Deux sous-périodes semblent se distinguer avec six œuvres peintes entre mars et avril 2001, auxquelles s'ajoute une non datée. C'est celle que nous présentons cette semaine. Une huile sur toile de 38x46,5, similaire de celle inventoriée sous le N° 88,  tant par ses dimensions que par son style.

    Nous semblons y voir un paysage. Ou peut-être un plan d'eau dans lequel se reflette un ciel paré de couleurs vespérales. A moins qu'il ne s'agisse d'une variante des fameux bouquets éclatés, aux fleurs blanches éparses autour d'un noyau aux couleurs chaudes. L'artiste n'a laissé aucune indication à ce sujet. Il n'a par ailleurs ni daté, ni signé son œuvre.

    O. D.

     

  • L'œuvre de la semaine (290) : contrastes du soir

    Vignette 107.jpg

    N° d'inv. 107. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    L'œuvre immense d'Yves Juhel compte une multitude de paysages, de tous formats. Parmi eux, de nombreux tableaux de petite dimension, peints entre 1996 et 2001, dont on peut retrouver la liste en cliquant ici

    Celui que nous présentons cette semaine a été peint le 11 mars 1997, comme indiqué au verso. Ce petit paysage, peint à l'huile sur une toile de 24x16, fait partie d'une sous-série de tableaux verticaux, dans lesquels ciel et terre se superposent en strates contrastées, entre labours nus hivernaux et nuées orageuses vespérales. Voir ainsi les œuvres inventoriées sous les N° 102, 110, 112 et 120

    Cette toile n'est, hélas, pas signée.

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (287) : étude de paysage

    Vignette 556.jpg

    N° d'inv. 556. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Pas de date, ni de signature, pour ce paysage comme pour les dix autres de cette série. S'agit-il de fonds ? D'études ? De travaux préparatoires à des séries plus importantes, comme les grands paysages peints à l'huile sur toile, entre 1999 et 2000 ? Certaines pourraient le laisser penser, mais rien n'est certain.

    Ce paysage, mêlant gouache et pastel, a été réalisé en petit format, sur une feuille de papier de 16x25. Le ciel orageux pèse sur ce qui semble être des champs de blé bien mûrs. Ce contraste marqué entre ciel et terre est un des fils conducteurs de la plupart des paysages peints par l'artiste.

    O. D.

  • Série : les grands paysages

    yves juhel,art,peintre,peinture,série,rétrospective,huile,toile,1999,2000,2001,paysage

    N° d'inv. 324

    1er novembre 1999

     

    Durant sa courte carrière, Yves Juhel a peint de très nombreux paysages, usant de différentes techniques, dans des styles très divers. Des séries qui ont jalonné son œuvre. Parmi ces paysages, quelques toiles, en grand format. Huit au total, peintes sur une large échelle de temps, un an et demi séparant la date de commencement de la première et la date d'achèvement de la dernière.

    Avant cette série, qui voit le jour dans la foulée de ses bouquets en pot, l'artiste s'était déjà essayé aux paysages, à travers des dessins au fusain et à la sanguine, dans un premier temps, en 1996, puis ses petites huiles, commencées la même année. Et d'autres séries suivront.

    Printaniers ou estivaux, bucoliques, flamboyants ou calcinés... Difficile de trouver une unité entre tous, même certains, peints dans un même élan, semblent intiment liés. L'âme de Turner, peintre qu'Yves Juhel affectionnait particulièrement, semble l'avoir guidé, sur quelques-unes de ces toiles. A noter que l'une d'entre elle (N° 182) a été utilisée pour illustrer l'affiche d'une exposition qui lui fut consacrée, en 2013, dans le Finistère. Elle avait aussi fortement inspiré le titre de cette exposition : Parfum de flammes.

    Pour rappel, il suffit de cliquer sur chaque image pour avoir accès à la fiche complète de l'œuvre.

    O. D.

     

    yves juhel,art,peintre,peinture,série,rétrospective,huile,toile,1999,2000,2001,paysage

    N° d'inv. 180

    2 novembre 1999

     

    yves juhel,art,peintre,peinture,série,rétrospective,huile,toile,1999,2000,2001,paysage

    N° d'inv. 182

    11 novembre 1999

     

    yves juhel,art,peintre,peinture,série,rétrospective,huile,toile,1999,2000,2001,paysage

    N° d'inv. 76

    23 janvier 2000

     

    yves juhel,art,peintre,peinture,série,rétrospective,huile,toile,1999,2000,2001,paysage

    N° d'inv. 325

    15 mars 2001

     

    yves juhel,art,peintre,peinture,série,rétrospective,huile,toile,1999,2000,2001,paysage

    N° d'inv. 331

    28 mars 2001

  • L'œuvre de la semaine (283) : paysage tourmenté

    Vignette 92.jpg

    N° d'inv. 92. Prix : nous contacter. Photo O. D.

     

    Nous sommes ici le 4 mars 2001, comme indiqué au dos du tableau de cette œuvre non signée. Yves Juhel arrive au terme de sa belle série des bouquets éclatés et d'une autre série de paysages en grand format. Tout en travaillant sur ces grandes toiles, en ce mois de mars, il se penche sur de petits paysages assez tourmentés et complexes.

    Certains ont été commencés quelques mois plus tôt. Il y a le N° 88, peint entre le 4 mars et le 4 avril; le N° 93 (du 5 septembre 2000 au 23 mars); le N° 95 (de 4 au 29 mars); le N° 44 (mars)... Pour la plupart, ils ne sont pas signés. S'agit-il d'études pour ses grands formats ? Ils n'en restent pas moins d'une grand richesse et d'une extrême complexité. Ici, peint en 30x30, entre un ciel chaotique et un sol aux apparences gelées, semble vivre une végétation lointaine. La matière apporte une dimension supplémentaire à la composition déjà luxuriante.

    O. D.