Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Yves Juhel (1969-2003), peintre - Page 5

  • L'œuvre de la semaine (201) : le mouton aux reflets mauves

    Yves Juhel 569-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 569. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Les premières œuvres d'Yves Juhel datées de 2002 ont été réalisées fin juillet-début août. L'artiste s'est-il accordé une pause avant cela ? Manquait-il d'inspiration ? De temps ? D'espace ? Les œuvres peintes durant les sept premiers mois de l'année ont-elle disparu ? Nous ne le savons pas... 

    Ce qui est certain, c'est qu'après ce grand blanc, il reprend avec des séries animalières peintes à la gouache. Et avant sa grande galerie de portraits caprins, ovin, équins et bovins (voir la série ici), il s'est attaqué à quelques animaux en pied, dont on a déjà vu un exemplaire sur ce blog (N° 326), lui même datant du 31 juillet. Points communs entre ces premières œuvres de l'été 2002, des couleurs pâles, et un fond atypique, composé d'une trame de points réguliers, comme si l'artiste avait utilisé du papier bulle enduit de peinture, appliqué ensuite sur la feuille de papier. 

    Trois de ces œuvres, peintes sur des feuilles au format Raisin (50x65), sont datées du 1er août 2002. Pour ce mouton, Yves Juhel a d'abord dessiné les contours de l'animal au fusain, avant d'utiliser une peinture très diluée pour la couleur, donnant ici à l'animal une teinte aux reflets mauves. 

    Dates et signature de l'artiste sont inscrites dans le coin inférieur droit.

    O. D.

     

  • L'œuvre de la semaine (200) : le teckel

    Yves Juhel 525-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 525. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Le 31 août 2001, en pleine série animalière, Yves Juhel prend son fusain et une pile de feuilles, et se met à dessiner, dessiner, dessiner... Au total, seize dessins sont datés de ce jour d'été. Seize études de chiens, de toutes races, dans des attitudes diverses, dont deux ont déjà été présentés sur ce blog (513, 520). Après le lévrier et le bouledogue, voici donc le teckel.

    Comme les autres, ce dessin n'est pas signé. Et il est rangé dans un classeur indiquant que ces œuvres ont été réalisées à Issy-les-Moulineaux, alors que l'artiste était encore dans les ateliers collectifs de l'Artsenal.

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (199) : dans la série des cyclopes

    Yves Juhel 207-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 207. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Au début de l'année 2001, Yves Juhel a peint sur papier une drôle de série de personnages, mêlant traits au fusain et gouache très diluée. Sur deux d'entre eux (N° 191 et 192), une inscription précise les intentions de l'artiste : "cyclope". 

    Voici un nouvel exemplaire tiré de cette série, qui compte une vingtaine d'œuvres signées et datées de janvier 2001, mais aussi quelques ébauches sans date ni autre inscription, et qui semblent inachevées, comme oubliées dans un carton. Ici, tous les traits communs à la série apparaissent : les contours et les oreilles dessinés, l'œil unique, et ces couleurs très atténuées, teintes pastels, pâles et transparentes. La visage est rond comme un poisson-lune, et l'œil minuscule sur cette énorme face.

    Si beaucoup des œuvres de cette série ont été peintes sur des feuilles au format Raisin (65x50), d'autres l'ont été sur du papier de plus grande dimension, comme celle-ci, en 76x56. Signature et date ont été ajoutées par le peintre dans le coin inférieur droit.

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (198) : l'arbre blanc aux fruits bleus

    Yves Juhel 74-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 74. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Des corps, des visages, des scènes de misère et de détresse, de drôles de tête, des mains, des bras, des pieds... Dans la première moitié des années 1990, l'essentiel de l'œuvre d'Yves Juhel tourne autour de l'humain. Avec quelques toutes petites parenthèses, à l'image d'une série d'arbres peinte au long cours, sur plusieurs mois, et dont il ne reste plus que quelques exemplaires (c'est en effet à cette époque que l'artiste a pris l'habitude de détruire ce qui ne lui plaisait pas ou plus...), dont les toiles inventoriées sous les numéros 309 et 310

    La première a été peinte entre 1993 et 1995; la seconde entre 1992 et 1994. Celle que nous présentons cette semaine a été réalisée sur une période un peu plus courte, entre septembre 1993 et juillet 1994. Elle n'en est pas moins riche. Déjà, Yves Juhel manifeste son sens du fond très élaboré, très travaillé. L'arbre unique y est moins vif et flamboyant que dans les autres tableaux de la série. Dans sa blancheur, il joue avec la transparence. Et à ses pieds, sur un sol rouge, gisent quatre fruits bleus, à moins qu'il ne s'agisse d'œufs ou de ballons.

    Les trois tableaux de cette série sont de grands formats, celui-ci mesurant 200x170. Plusieurs dates sont mentionnées sur l'œuvre : au recto, dans le coin inférieur gauche, l'année 1994, à côté de la signature de l'auteur; au verso, les mois de septembre et octobre 1993, puis de janvier 1994, la date du 9 février 1994, et enfin juin et juillet 1994. Autant de jalons indiquant les différentes interventions de l'artiste sur la toile. 

    O. D.

  • Rétrospective : les bouquets en pot (1999)

    Vignette 302.jpg

    N° d'inv. 302
    1999

     

    En 1999, Yves Juhel a peint une première série de bouquets, représentés en pot ou en vase, toujours de formes géométriques. Des tableaux souvent de grand format (avec même une toile ronde, numérotée 322), natures mortes réalisées dans un style assez académique, mais où l'artiste se plait tantôt à jouer avec le flou et la transparence, faisant peser sur ces compositions une ambiance brumeuse, vaporeuse, et tantôt à imprimer une marque plus sombre, plus massive dans sa composition.

    Reste que la chronologie de cette série est incertaine, aux limites floues. La toile N° 322 porte la mention de 1996 (pour le châssis de forme originale ?) mais a bien été achevée en mai 1999; la N° 3 porte la date du 11 juin 1997 (pour le fond ?) et a été terminée en avril 1999; quant à la N° 17, elle semble, par le style, faire partie de cette première série, mais par les dates (de juillet 2000 à août 2001) être rattachée à une seconde série, avec toutefois une date supposée d'achèvement bien trop tardive pour ne pas être mise en doute (une erreur de l'artiste ?). 

    En effet, cette série annonce celle, peinte entre 1999 et 2001, des "bouquets éclatés". Là, au début, les pots et vases seront encore présents avant de s'estomper, au fil des mois, et laisser place à une sorte de magma explosif.

    Pour rappel, il suffit de cliquer sur chaque image pour avoir accès à la fiche complète de l'œuvre.

     

    Vignette 187.jpg

    N° d'inv. 187
    1999

     

    Vignette 3.jpg

    N° d'inv. 3
    Avril 1999

     

    Vignette 320.jpg

    N° d'inv. 320
    Avril 1999

     

    Vignette 322.jpg

    N° d'inv. 322
    Mai 1999

     

    Vignette 4.jpg

    N° d'inv. 4
    Août 1999

     

    Vignette 17.jpg

    N° d'inv. 17
    5 août 2001

     

    A noter qu'un autre tableau pourrait éventuellement figurer dans cette série, tout autant que dans celle des fruits. Chronologiquement et visuellement, il fait en effet le lien entre les deux : il a été achevé en décembre 1998, et semble couvert de fruits ronds tout en laissant apparaitre, très discrètement, un pot. 

    O. D.

     

    Yves Juhel 2-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 2
    Décembre 1998