Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fusains - Page 3

  • L'œuvre de la semaine (275) : rongeur au fusain

    Vignette 819.jpg

    N° d'inv. 819. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Le bestiaire d'Yves Juhel en 2001, ce n'est pas que des séries de gouaches et d'huiles. Il se compose également de plusieurs dessins au fusain, à l'image de cette petite série d'une douzaine d'œuvres, toutes réalisées le même jour, le 1er juin 2001. C'est d'ailleurs cette série qui va lancer un des épisodes les plus riches et les plus prolifiques de sa carrière d'artiste.

    Pas de signature, juste une date, et des animaux, pour la plupart des rongeurs, dessinés en petit format, comme celui-ci, en 25x18. C'est le quatrième dessin de cette série que nous présentons ici, après ceux inventoriés sous les numéros 814, 815 et 820.

    O. D.

  • Son œuvre dans les collections privées (21) : papillon pastel

    Vignette 538.jpg

    N° d'inv. 538. Collection privée. Photo : O. D.

     

    Cette œuvre d'Yves Juhel, mêlant gouache et fusain sur papier au format 50x65, vient d'être acquise, en ce mois de juin 2022, par une amie danoise du frère du peintre, Pierre. Elle fait partie de la série des papillons réalisée en quelques jours au beau milieu de l'été 2001, au cœur du vaste bestiaire créé par l'artiste.

    Cette série compte ainsi une vingtaine de dessins et de peintures. Signature de l'artiste et date apparaissent très discrètement, en bas, au milieu de l'œuvre, peintes en blanc sur blanc. Le 8 juillet 2001 : un jour particulièrement efficace pour le peintre, avec pas moins de cinq papillons portant cette mention.

    Les insectes de cette collection sont très différents les uns des autres. Les contours de celui-ci sont marqués en traits de fusain, et son corps semble tressé de noir et de couleurs pastel. Des teintes qui se superposent sur les ailes, entre verts et roses, tout en transparence et finesse.

    O. D.

     

  • Les œuvres de la semaine (269) : trois arbres en négatif/positif

    Vignette 780.jpg

    N° d'inv. 780. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Vignette 781.jpg

    N° d'inv. 781. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Trois arbres et un sol noirs sur un ciel blanc. Trois arbres et un sol blancs sur un ciel noir. Effet de négatif/positif, pour ces deux dessins au fusain et à la craie blanche. Le premier en 24,5x36,5, et le second un peu plus grand, en 32x50. Tous deux ne sont ni datés, ni signés. Et pourtant, ils renvoient bien à d'autres œuvres d'Yves Juhel : ses séries de paysages en petit format dont plusieurs, peintes entre 1997 et 2000 notamment, représentent des alignements d'arbres, sur des horizons aux teintes variées. Mais hormis ces vagues échos, ces deux dessins n'ont pas d'équivalents, dans l'œuvre de l'artiste.

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (264) : le poisson puce

    Vignette 534.jpg

    N° d'inv. 534. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Durant la première quinzaine de juillet 2001, Yves Juhel peint une vingtaine de papillons, sur papier. Une série légère et colorée. Et au milieu, ce drôle de poisson. Un mélange de gouache très diluée, de fusain et d'encre pour cet animal tout rond, qui semble sorti de l'imagination l'artiste. Ce "poisson puce", tel qu'il le nomme, a été peint sur papier au format 50x65 le 6 juillet 2001. Il est unique, n'appartient à aucune série, mais fait écho à un autre poisson dessiné la veille au fusain. 

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (257) : courbé au coin de la rue

    Vignette 282.jpg

    N° d'inv. 282. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Parmi les premières œuvres laissées par Yves Juhel, beaucoup de scènes de rue et de misère, peintes à l'huile sur toile. En 1990, l'artiste a également réalisé de nombreux dessins sur le même thème. Plusieurs ne sont ni datés, ni signés, à l'image de celui-ci, dessiné au fusain, à la sanguine, et à la craie blanche, sur une feuille au format 65x50.

    L'homme, au coin d'une rue, est courbé et semble faire un effort pour soulever ce qui ressemble à une poubelle, muscles saillants, bras disproportionnés, tête enfoncée dans les épaules. Murs hauts et sombres : le cadre est oppressant. On retrouve là des attitudes, une scène, une thématique déjà appréhendées dans les dessins numérotés 279 et 495, entre autres. 

    Ces dessins renvoient clairement à des toiles abouties, datant tous de cette année 1990 (voir, par exemple, les N° 462, 463 et 843), comme s'il s'agissait de travaux préparatoires.

    O. D.