Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2001 - Page 4

  • L'œuvre de la semaine (232) : un papillon de l'été 2001

    Vignette 532.jpg

    N° d'inv. 532. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    L'œuvre d'Yves Juhel présentée cette semaine n'est ni datée, ni signée. Mais nul doute qu'elle a été peinte entre le 1er et le 13 juillet 2001, comme toute sa série de papillons, composée d'une vingtaine de gouaches et de dessins au fusain (voir la série en claquant ici). C'est d'ailleurs la seule, de toute cette série colorée, qui ne présente aucune inscription, bien qu'elle semble achevée.

    Ce papillon semble dans un premier temps avoir été dessiné, comme en témoignent les nombreux traits au fusain, avant que l'artiste ne passe à la gouache, tant pour les contours de l'animal que pour ses couleurs, entre violet pâle et bleu gris. Comme les autres, il a été réalisé sur papier, au format 64x50.

    O. D.

     

     

  • L'œuvre de la semaine (228) : la panthère au carré blanc

    Vignette 576.jpg

    N° d'inv. 576. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    La vaste série animalière peinte par Yves Juhel en 2001 est une alternance et un mélange de sous-séries qui se croisent, s'interrompent, se superposent. Ainsi, en août, alors que les huiles se succèdent, l'artiste ne délaisse pas la gouache, achevant durant deux jours, les 24 et 25, une série de onze œuvres sur papier, en 65x50. Des portraits d'animaux, à l'image de ceux inventoriés sous les numéros 642 et 648 avec, pour certains, quelques caractéristiques communes, et notamment un carré , le plus souvent situé en bas, parfois dans un coin, comme celui de couleur blanche qui apparaît ici, et que nous ne saurions identifier.

    Pour le fond de l'animal, Yves Juhel a une nouvelle fois utilisé la technique de la large tache, sur laquelle il a ajouté, en quelques coups de pinceaux, ces traits qui vont lui donner toute son identité de panthère : deux oreilles vite esquissées en beige, et surtout, en noir, les yeux, les contours du nez (rehaussé de rose pâle), les taches de son pelage.

    Au recto, la date du 15 août 2001 apparaît deux fois, inscrite verticalement, tandis que celle du 24 est associée à la signature, marquant l'achèvement de l'œuvre. 

    O. D.

     

     

  • L'œuvre de la semaine (226) : des fleurs dans un nuage bleuté

    Vignette 340.jpg

    N° d'inv. 340. Prix : nous contacter. Photo Pierre Juhel

     

    La série des bouquets éclatés d'Yves Juhel commence en avril 2000. Beaucoup de ces œuvres sont peintes en août de cette même année. Puis il y revient de temps en temps, non sans peindre quelques petits paysages en septembre, d'autres en moyen format en novembre, avant de passer à la gouache et au fusain, sur ses cyclopes, en janvier 2001. Ses derniers grands bouquets, souvent commencés quelques mois plus tôt, l'artiste les achève en mars et avril 2001. Un rythme qui est le signe d'une grande liberté de travail, Yves Juhel disposant à cette époque de suffisamment d'espace pour commencer des œuvres de grand format, les garder à portée de regard et de main, et y revenir à de multiples reprises. 

    Le tableau présenté cette semaine s'inscrit totalement dans cette série, dans cette période, et dans cet état d'esprit. Au dos de la toile figurent pas moins d'une douzaine de dates : 6, 10, 11, 15, 19 et 20 août 2000; 4 et 7 octobre 2000; 12 novembre 2000; et enfin 3, 4 et 6 mars 2001. Soit sept mois au total entre la première et la dernière intervention mentionnées par l'artiste. Avec, comme à l'accoutumée, un travail d'une grande finesse réalisée sur le fond, et des apports progressifs superposant les couches et donnant tout son relief à l'œuvre.

    On est bien encore ici dans la série des bouquets éclatés, même si les fleurs sont peu nombreuses et très dispersées dans une sorte de nuage d'un bleu ciel très pâle. Le pot est posé sur le rebord d'un meuble. Deux éléments dont la géométrie tranche avec la nébuleuse qui l'entoure, comme une fumée s'échappant d'un chaudron bouillonnant. 

    Cette huile sur toile, de forme carrée comme la plupart des autres de la série, a été peinte au format 150x150.

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (222) : le chien tout penaud

    Vignette 381.jpg

    N° d'inv. 381. Prix : nous contacter. Photo O. D.

     

    Le 13 juillet 2001, Yves Juhel peint sur papier (50x65) six chiens (ou cinq chiens et une panthère ?), mêlant aquarelle et encre, à l'image de ceux inventoriés sous les N° 382 et 652. Cette série en précédera une autre, datant de fin août 2001, et composée de gouaches, d'huiles et de fusains.

    Dans cette série de juillet, les contours des animaux sont dessinés à l'encre, d'un trait tout en mouvement. Assis, voûté, penaud, on ne sait si ce chien exprime la crainte ou la sérénité, le regard étant vide. Ici, le gris de l'aquarelle donne leur couleur aux taches qui parsèment sa robe.

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (217) : paysage enneigé

    Vignette 93.jpg

    N° d'inv. 93. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Dès la fin des années 90, Yves Juhel a peint des paysages sur des toiles de petit format. On distingue ainsi, dans son œuvre, plusieurs séries. L'une d'entre elles est constituée d'une dizaine de tableaux de dimensions  diverses, réalisés entre les étés 2000 et 2001, avec plusieurs sous-périodes.

    Le tableau présenté cette semaine est à cheval sur deux de ces périodes. Trois dates sont en effet inscrites au verso, avec la signature de l'artiste : les 5 septembre et 9 novembre 2000 (comme ceux inventoriés sous les N° 96, 97, 145); puis le 23 mars 2001 (voir les tableaux numérotés 95, 88 et 44). Une amplitude assez longue (plus de six mois), donc, pour un tableau de dimensions modestes (35x27). 

    On retrouve ici le goût d'Yves Juhel pour les paysages torturés, les ciels tourmentés, les atmosphères contrastées. Tantôt il consacre l'essentiel de l'espace au ciel, tantôt au sol. Là, c'est la seconde option qu'il a choisie : une sorte de paysage enneigé, sous un ciel où se côtoient nuages d'un gris bleuté et percées ensoleillées. 

    O. D.