Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ovins

  • L'œuvre de la semaine (280) : le bélier

    Vignette 625.jpg

    N° d'inv. 625. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Le bestiaire d'Yves Juhel peint en 2001 est constitué d'une succession de mini-séries. Après les dessins au fusain de juin viennent les gouaches, entre juin et mi-août. Puis les huiles, série commencée bien avant mais qui se déploie pleinement à partir de la seconde quinzaine d'août.

    L'œuvre présentée cette semaine appartient à la seconde période. Elle mêle l'encre et la gouache, sur papier, au format 50x65,5. Ce bélier (à moins qu'il ne s'agisse d'un mouflon) porte la date du 15 juillet. Deux autres gouaches ont été peintes ce même jour : la souris portant le N° 623 et le dindon inventorié sous le N° 580. Trois œuvres, trois animaux, et une même technique, tout en légèreté, en dilution, en transparences. Deux jours avant, Yves Juhel peignait une série de chiens, et il achevait sa série de papillons, commencée au début du mois. 

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (234) : le mouton aux cornes vertes

    yves juhel, art, peinture, peintre, l'œuvre de la semaine, gouache, papier, 2002, animaux, ovins

    N° d'inv. 658. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Dans la vaste série des portraits animaliers de l'été 2002 (voir ici), voici un spécimen particulièrement coloré. Tête grise, oreilles noires, cornes vertes, corps d'un gris très dilué, toison jaune en cascade... Ce mouton, peint à la gouache sur papier, se détache sur un fond essentiellement beige, mais aussi d'un rouge foncé de même teinte que le cadre fixé par l'artiste à l'intérieur des limites de la feuille.

    Yves Juhel, comme souvent, joue ici avec les taches et les coulures, ces dernières s'échappant tant de la toison et des cornes, que de la tache constituant le corps ou du fond. 

    Deux dates ont été inscrites, en bas à droite, à côté de la signature de l'artiste : le 15 et le 16 août 2002. Une période prolifique pour Yves Juhel. La première date apparaît en effet sur une dizaine d'œuvres de la série, et la seconde sur une douzaine. 

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (201) : le mouton aux reflets mauves

    Yves Juhel 569-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 569. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Les premières œuvres d'Yves Juhel datées de 2002 ont été réalisées fin juillet-début août. L'artiste s'est-il accordé une pause avant cela ? Manquait-il d'inspiration ? De temps ? D'espace ? Les œuvres peintes durant les sept premiers mois de l'année ont-elle disparu ? Nous ne le savons pas... 

    Ce qui est certain, c'est qu'après ce grand blanc, il reprend avec des séries animalières peintes à la gouache. Et avant sa grande galerie de portraits caprins, ovin, équins et bovins (voir la série ici), il s'est attaqué à quelques animaux en pied, dont on a déjà vu un exemplaire sur ce blog (N° 326), lui même datant du 31 juillet. Points communs entre ces premières œuvres de l'été 2002, des couleurs pâles, et un fond atypique, composé d'une trame de points réguliers, comme si l'artiste avait utilisé du papier bulle enduit de peinture, appliqué ensuite sur la feuille de papier. 

    Trois de ces œuvres, peintes sur des feuilles au format Raisin (50x65), sont datées du 1er août 2002. Pour ce mouton, Yves Juhel a d'abord dessiné les contours de l'animal au fusain, avant d'utiliser une peinture très diluée pour la couleur, donnant ici à l'animal une teinte aux reflets mauves. 

    Dates et signature de l'artiste sont inscrites dans le coin inférieur droit.

    O. D.

     

  • L'œuvre de la semaine (186) : le mouton massif

    Yves Juhel 336-Photo PJ.JPG

    N° d'inv. 336. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Plutôt costaud, l'animal... Au premier coup d'œil, on pourrait penser à une vache. Mais non... L'artiste l'a indiqué au dos de la toile : il s'agit d'un mouton. La tête d'un brun clair se distingue sur un corps monolithique, énorme pavé rectangulaire et gris d'où se détachent des pattes trop courtes.

    On est ici au cœur de la grande série animalière peinte par Yves Juhel durant l'été 2001. De grand format (160x170), cette huile sur toile a occupé un mois de la vie de l'artiste, de début août à début septembre. Peu de travail sur le fond, mais beaucoup d'efforts et de retours sur le sujet lui-même, comme le prouve le nombre de dates inscrites au verso de l'œuvre : les 1er, 14, 16, 17 et 29 août, puis les 1er, 2, 3 et 4 septembre 2001.

    Cette huile a été achevée le même jour que la vache au teint jaune déjà présentée ici (N° 62). Mais surtout, de part ses dimensions, elle s'inscrit clairement dans la lignée des grandes toiles de cette série que sont, entre autres, le grand cerf (N° 179), l'étalon vert (N° 335), la vache et son veau (N° 333) ou le chimpanzé (N° 319). 

    O. D.