Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

art - Page 2

  • L'œuvre de la semaine (268) : assis sur un banc

    Vignette 773.jpg

    N° d'inv. 773. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Dessinée en 1990, comme indiqué par l'artiste en bas à gauche, cette scène s'inscrit dans une série s'échelonnant sur deux ans, au début des années 90, et mêlant tableaux à l'huile et dessins au fusain, à la sanguine, à la craie, à l'encre ou bien encore au crayon, comme ici. Sans doute une étude de travail, sur une feuille de 24x29. 

    Cette série, la première réellement pensée par Yves Juhel, représente des scènes de misère et de solitude, dans la rue et en intérieur. S'il n'appartenait à cette suite, ce dessin pourrait renvoyer à une forme de bien-être, pause au soleil, sur un banc public, en toute détente. Mais tel n'est pas le fil rouge de la série, plutôt sombre et douloureuse. L'homme est bien seul ici, dans une position quasi christique, et sa tête penchée en arrière pourrait évoquer un abandon plus contraint que serein. 

    O. D.

  • Série : les bouquets en pot (1999)

    Vignette 302.jpg

    N° d'inv. 3021999

     

    En 1999, Yves Juhel a peint une première série de bouquets, représentés en pot ou en vase, toujours de formes géométriques. Des tableaux souvent de grand format (avec même une toile ronde, numérotée 322. Un seul, non daté (N° 51), est de petit format), natures mortes réalisées dans un style assez académique, mais où l'artiste se plait tantôt à jouer avec le flou et la transparence, faisant peser sur ces compositions une ambiance brumeuse, vaporeuse, et tantôt à imprimer une marque plus sombre, plus massive dans sa composition.

    Reste que la chronologie de cette série est incertaine, aux limites floues. La toile N° 322 porte la mention de 1996 (pour le châssis de forme originale ?) mais a bien été achevée en mai 1999; la N° 3 porte la date du 11 juin 1997 (pour le fond ?) et a été terminée en avril 1999; quant à la N° 17, elle semble, par le style, faire partie de cette première série, mais par les dates (de juillet 2000 à août 2001) être rattachée à une seconde série, avec toutefois une date supposée d'achèvement bien trop tardive pour ne pas être mise en doute (une erreur de l'artiste ?). Quant à la N° 51, de petite taille, elle n'est pas datée. Serait-elle étude qui a lancé la série ?

    Toujours est-il que cette série annonce bien celle, peinte entre 1999 et 2001, des "bouquets éclatés". Là, au début, les pots et vases seront encore présents avant de s'estomper, au fil des mois, et laisser place à une sorte de magma explosif.

    Pour rappel, il suffit de cliquer sur chaque image pour avoir accès à la fiche complète de l'œuvre.

     

    Vignette 187.jpg

    N° d'inv. 1871999

     

    yves juhel,art,peintre,peinture,rétrospective,huile,toile,bouquet,1999,2001

    N° d'inv. 51999

     

    yves juhel,art,peintre,peinture,rétrospective,huile,toile,bouquet,1999,2001,série

    N° d'inv. 337. 1999

     

    yves juhel,art,peintre,peinture,rétrospective,huile,toile,bouquet,1999,2001,série

    N° d'inv. 51. Non daté (circ. 1999)

     

    Vignette 3.jpg

    N° d'inv. 3Avril 1999

     

    Vignette 320.jpg

    N° d'inv. 320Avril 1999

     

    Vignette 322.jpg

    N° d'inv. 322Mai 1999

     

    Vignette 4.jpg

    N° d'inv. 4Août 1999

     

    Vignette 17.jpg

    N° d'inv. 175 août 2001

     

    A noter que deux autres tableaux pourraient éventuellement figurer dans cette série, tout autant que dans celle des fruits. Chronologiquement et visuellement, ils font en effet le lien entre les deux : ils ont été achevés en décembre 1998 et janvier 1999, et semblent couverts de fruits ronds tout en laissant apparaitre, très discrètement, un pot voilé dans la brume. 

    O. D.

     

    Yves Juhel 2-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 2Décembre 1998

     

    yves juhel,art,peintre,peinture,rétrospective,huile,toile,bouquet,1999,2001

    N° d'inv. 828. Janvier 1999

     

     

  • L'œuvre de la semaine (267) : portrait blanc

    Vignette 401.jpg

    N° 401. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    En 2003, Yves Juhel peint une vaste série de personnages, à la gouache sur papier au format 65x50. Nous avons ainsi dénombré près de 70 œuvres rattachées à cette galerie, pouvant être regroupées en trois catégories : une peinte en mars, une autre entre mai et juin, et une troisième en juillet, avec à chaque fois quelques nuances les distinguant, mais aussi de nombreux points communs.

    La gouache présentée cette semaine appartient à la deuxième sous-série. Signée par l'artiste, elle est datée du 29 mai. On y retrouve les traits communs à toute cette galerie de portraits : le bouquet de plumes, qui se détache ici en rouge et vert, en haut à droite, et que l'on peut retrouver aussi en bas à droite; l'œil unique du sujet; et les contours de ce personnage peints dans le mouvement, en coups de pinceau souvent brefs, précis et efficaces.

    La particularité de ce portrait réside dans son caractère très schématique et dans les tons choisis. Le fond, laissant un cadre vierge autour du sujet, est très dilué, pâle, jouant avec des nuances pastel. Quant au personnage, il se détache à peine de ce fond, en gris ou en noir largement recouvert de blanc.

    O. D.

  • Série : les papillons de l'été 2001

    yves juhel, art, peintre, peinture, rétrospective, fusain, gouache, papier, 2001, animaux, papillon

    N° 619, 2 juillet 2001

     

    Du 1er au 13 juillet 2001, Yves Juhel a dessiné et peint, au fusain et/ou à la gouache, sur papier, une vingtaine de papillons. Des œuvres réalisées dans l'atelier que l'artiste occupait alors, à l'Artsenal, à Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine. Elles sont en effet stockées dans une pochettes portant les mentions "Gouaches et fusains, papillons, été 2001, Issy les Moulineaux".

    Voici la rétrospective de ceux que nous avons déjà présentés sur ce blog. En cliquant sur chaque image, vous pouvez accéder à la fiche complète de l'œuvre.

     

    yves juhel, art, peintre, peinture, rétrospective, fusain, gouache, papier, 2001, animaux, papillon

    N° 548, 5 juillet 2001

     

    yves juhel, art, peintre, peinture, rétrospective, fusain, gouache, papier, 2001, animaux, papillon

    N° 541, 6 juillet 2001

     

    yves juhel, art, peintre, peinture, rétrospective, fusain, gouache, papier, 2001, animaux, papillon

    N° 543, 7 juillet 2001

     

    yves juhel,art,peintre,peinture,rétrospective,fusain,gouache,papier,2001,animaux,papillon

    N° 539, 7 juillet 2001

     

    yves juhel,art,peintre,peinture,rétrospective,fusain,gouache,papier,2001,animaux,papillon

    N° 535, 8 juillet 2001

     

    yves juhel,art,peintre,peinture,rétrospective,fusain,gouache,papier,2001,animaux,papillon

    N° 537, 8 juillet 2001

      

    yves juhel,art,peintre,peinture,rétrospective,fusain,gouache,papier,2001,animaux,papillon

    N° 545, 8 juillet 2001

     

    yves juhel,art,peintre,peinture,rétrospective,fusain,gouache,papier,2001,animaux,papillon

    N° 532, non daté

     

     

  • L'œuvre de la semaine (266) : la mort du tigre ?

    Vignette 40.jpg

    N° d'inv. 40. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Le grand bestiaire d'Yves Juhel rassemble une grande diversité d'animaux : sauvages ou domestiques; insectes, poissons, oiseaux, mammifères; familiers de nos latitudes ou évoluant sous d'autres cieux... Avec quelques belles séries, et des récurrences. 

    La période faste en la matière, c'est l'été 2001. Des dessins au fusain en juin, puis des gouaches, et de nombreuses huiles, dont certaines débutées dès 2000 mais que l'artiste va achever durant cet été sauvage. Dans ce foisonnement animalier, Yves Juhel peint, en août, une poignée de tigres. Une gouache d'abord, le 14. Puis quelques huiles. Celle-ci, non signée, date du 20, comme indiqué au verso de l'œuvre. Tout comme la N° 28, un tigre couché. Une autre (N° 37) est datée du lendemain, le 21 août 2001.

    Les formats sont réduits, souvent atypiques, comme cette toile en 27x46. Difficile d'interpréter ici l'attitude et la posture de l'animal, dont la partie antérieure s'estompe hors du cadre. Exprime-t-il un contentement ? Est-il endormi ? Est-il en souffrance ? Est-il mort, comme semblent le suggérer ces rayures qui paraissent suivre la ligne des côtes décharnées, soulignant le squelette du félin ? Pas de réponse, à ces questions...

    O. D.