Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

équidés

  • L'œuvre de la semaine (156) : le cheval gris

    Yves Juhel 34-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 34. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    2001, l'année des animaux de toutes tailles, de tous poils... Pour la seule date du 17 septembre, pas moins de cinq huiles sur toile sont référencées comme achevées ce jour-là. Nous avons déjà présenté ici une chèvre-bouquetin (N° 137) et un zèbre (N° 42). Voici un autre équidé indéterminé (mule ou cheval ?) qui présente la particularité d'avoir été peint, comme la toile N° 137, dans des tons gris et noirs, comme si l'artiste avait travaillé sur la même palette, dans un même élan. Mais ici, Yves Juhel semble jouer sur la légèreté. Les contours de l'animal sont flous. Il n'en a peint que la tête, comme détachée du reste. Les oreilles semblent flotter, et leurs contours d'un blanc-beige, tout comme la partie inférieure de la tête, autour des naseaux et de la bouche, amplifient cette sensation de légèreté brumeuse.

    Ce tableau a été peint en format moyen (55x33). La date a été inscrite au verso. Mais aucune signature de l'artiste n'apparaît. Hélas...

    O. D.

     

  • L'œuvre de la semaine (115) : profil équin

    Yves Juhel 33-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 33. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Un simple fond blanc, quelques traits de brun, assurés, et le tout maculé d'un rouge sanguin... Ce profil de cheval a sans doute été peint très rapidement par Yves Juhel. Une huile bâtie sur une toile de 55x33, vraisemblablement en une seule journée, à en juger par la date unique qui apparaît au côté de la signature, en bas à droite : 11 septembre 2001.

    Les événements survenus à cette date historique n'ont assurément pas détourné l'artiste de sa voie. Une voie qui, tout au long de cet été 2001, jusqu'à fin septembre, va le conduire à peindre et dessiner des dizaines d'œuvres animalières, à la gouache, au fusain, à l'huile. Pour cette seule date, Yves Juhel a ainsi laissé pas moins de trois tableaux, dont un déjà présenté ici, le cochon inventorié sous le n° 367.

    O. D.

     

     

  • L'œuvre de la semaine (95)

    Yves Juhel 360-Photo OD.JPG

    N° d'inv. 360. Prix : nous contacter. Photo : O. D.

     

    Les chevaux et, d'une manière plus générale, les équidés, sont très présents dans le bestiaire d'Yves Juhel. En voici encore un exemplaire. Une huile sur toile, de dimension moyenne (100x73), peinte en septembre 2001. Toujours cette fameuse période particulièrement riche, puisque pour le seul été de cette année-là (de juin à septembre), près de 150 œuvres (sur les presque 700 répertoriées), pour la plupart animalières, ont été jusqu'à présent recensées.

    Trois dates figurent au dos de cette toile (mais pas de signature) : les 14, 18 et 22 septembre. En cette année 2001, Yves Juhel mettra un terme à sa production justement ce 22 septembre, date apparaissant  sur cinq toiles. Par la suite, il faudra attendre juillet 2002 pour retrouver des œuvres datées.

    Dans sa composition, cette toile s'inscrit bien dans une série, puisqu'entre le 17 et le 22 septembre 2001, Yves Juhel a peint une dizaine de tableaux représentant uniquement des têtes d'animaux, à l'image de certains déjà présentés sur ce blog, (N° 42, 55 et 300).

    O. D.

  • L'œuvre de la semaine (44)

    Yves Juhel 335-Photo PJ.jpg

                                                                                       N° d'inv. 335. Prix : nous contacter. Photo Pierre Juhel

     

    Cette huile sur toile est sans conteste une des œuvres majeures du bestiaires d'Yves Juhel. Un tableau de grand format (150x170), peint sur presque une année. En effet, pas moins de six dates figurent au dos de la toile, sur une période allant du 31 août 2000 au 31 juillet 2001. Une nouvelle fois, comme c'est le cas pour nombre d'œuvres d'Yves, le fond est extrêmement travaillé. Cet étalon vert (ou cette jument...) semble flotter dans un ciel ou émerger d'une brume bleutée. Pas de sol, trois des pattes sont masquées par cette brume, tandis que l'antérieur droit est relevé... Mais un mouvement, une fougue, une énergie, une force, dans ce cheval qui, selon les uns, paraît sauvage à l'extrême, et selon les autres semble adopter une posture d'animal dressé.

     

    yves juhel,peintre,peinture,art,l'œuvre de la semaine,huile,toile,2001,animaux,équidés,chevalComme toutes ses œuvres grand format, cette toile a été peinte à l'Artsenal, ateliers collectifs d'artistes installés à Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine, où Yves Juhel a pu s'exprimer pleinement durant quelques années. Surtout, il disposait là de place, lui permettant de peindre sans limite d'espace. Ce cliché, pris par le photographe Jean-Claude Rousseau, montre Yves Juhel dans son atelier, en compagnie de son ami et compagnon d'art, le sculpteur Bruno Supervil. Prise au début des années 2000, cette photo le montre également au côté de son cheval vert, qu'il venait vraisemblablement d'achever. 

     

    yves juhel,peintre,peinture,art,l'œuvre de la semaine,huile,toile,2001,animaux,équidés,chevalCe tableau a déjà été présenté au public, par le passé. Ca a notamment été le cas durant l'été 2010, lors du 17e festival de l'art animalier en Sologne, à Pierrefitte-sur-Sauldre (41), où cette photo a été prise. Un événement organisé par la galerie L'Arche de Noé qui, entre 2010 et 2012, a offert une large place à l'œuvre animalière d'Yves Juhel.

    Olivier Desveaux

  • L'œuvre de la semaine (29)

    Yves Juhel 42-Photo PJ.jpg

                                   N° d'inv. 42. Prix : nous contacter. Photo Pierre Juhel

     

    En 2001, alors qu'il donne naissance, au fil des mois d'été, à un incroyable bestiaire qui constituera à l'arrivée une des plus belles et plus riches séries de son œuvre, Yves Juhel joue avec les formats. Il passe ainsi avec le même talent de toiles imposantes, comme la vache et son veau déjà présentés ici (N° d'inv. 333) ou le grand chimpanzé (N° d'inv. 319), à des dimensions beaucoup plus petites. Ainsi, un grand nombre de ses œuvres animalières ont été peintes à l'huile sur une toile de taille standard de 24 cm par 16. C'est le cas de ce cheval (à moins qu'il ne s'agisse d'un zèbre, avec ses rayures...). Un petit tableau signé au verso, et daté du 17 septembre 2001.

    O. D.